La gauche avance ses解决方案aprèsl'aveu d'«échec»de Macron



  • 2019-08-09
  • 来源:迈博体育网址

Aprésquele ministre de l'économieareconnu,mardi,àdemi-mot l'échecdupactederesponsabilité,ceux qui s'y contraent relancent leur propositions pouruneréorientationdela politique conduite en proposant d'utiliser autrement les 41 milliards d'euros pour relancer l'activité。

C'est une petite bourde,une maladresse de novice du jeune ministre Emmanuel Macron qui a fait parler d'elle。 Céétaitmardisur Ra​​dio Classique,surletrèsfaiblenombre d'accords debrancheignésdansle cadre du pactederesponsabilitéetenfaisantréférenceauMedef,le ministre de l'économiedevesteque«c'estunéchec,et c 'est aussi le sien»。 «Aussi le sien»,çavoulaitdirequecéétaitd'abordcelui du gouvernement ... Cette短语étéreprisepartout。 Pourtant,il n'y avaitpaslàdescoop:Macron est loin d'êtrelepremieràavoircontactéquecette politique dure dite«de l'offre»étaitlowrateace。 S'il s'agissait pour lui d'une maladresse,pour d'autres au gouvernement,la critique de la baisse aveugle des cotisations patronales semble plus tenir d'uneconviclaisonnée。 Ainsi,mardi dernier,lorsdesdébatsbundgétaires,lesecrétaired'ÉtatauBudget Budget Eckert a soutenu un amendement augmentant la taxe sur les surface commerciales pour la grande distribution,jugeant ainsi«répondreàl'unedes critiques - pas la plusillégitime - faite au CICE(lapremièrepartiedu pactederesponsabilitééquivalant-20 milliards d'euros - NDLR)de toucher l'ensemble des secteurs,mêmeceuxqui ne sontpasposstésàlaconcurrence internationale»et«corriger ce que l'在pourrait appeler des effets d'aubaine»。

Christian Eckert seretrouveforcédedéfendrecedont il doutait hier

Il faut dire que celui qui avaitauparavantétédéputéPS - flirtant parfois avec la fronde - et,dans ce cadre,rapporteégénéraldubudget,nes'étaitpasomtréspecificèremententhousiasteau moment de l'adoption du pactederesponsabilité。 Alors qu'il ya un a legouvernementdéciditid'écélérerlecalendrier sur cette adoption,Christian Eckertness'étaitdit«pas franchement enthousiastedelégiférerurune question comme celle-làdansdesdélaisquine permettentpasd'appréhendersles问题»。 Ilréclamaitalors la mise en place de contreparties(commeunemiveitédedéputéssocialistes...àl'époque),mais aussi de«parler en termes de taux,d'assiette»,dans le but«d'améliorersle ciblage»。 Ilenvisageaitmêmequecesexonérationsinientdifféremmentrépartiesentrele secteur industriel,menacé,et celui des services,nondélocalisable。 «Le gouvernement a fait un choix,j'espèrequ'ilasoupesécechoix»,osait Christian Eckert。

Entréaugouvernement depuis,Christian Eckert seretrouveforcédedéfendre牢不可少。 D'autres,eux,n'ontpaschangéd'avis。 C'est le casdesdéputésocialistesdu collectif Vive la gauche - les frondeurs issus de l'Appel des cent。 «Depuis plusieurs mois,nous mettons en garde le gouvernement contre une politique de l'offrenaïve,écrivent-ils dansuncommuniqué,au lendemain de la sortie radiophonique de Macron。 Ce sont 41 milliards d'euros,sous formedecréditsd'intôt,de baisses de cotisation et d'allégementsfiscaux,qui sontdistribuésauxentreprisessanscontrôleniciblage,ni contreparties»。 «Ladifférenceentreune an an ent entreprises et un cadeau aux patrons,c'est la contrepartie»,résumaitlorsd'uneréunionJean-Marc Germain。 Pourcesdéputéssocialistes,«le CICEdoitêtreremplacéparcrréditd'intôtmoinsonéreuxetciblésurles entreprises qui investissent。 Les moyens publicsainsilibérésdoiventêtreconffectsàlamiseenœuvredelagranderéformefiscalepromise parFrançoisHollandeet aux investissementsdescollectivitésterritoriales»。 DucôtéduFront de gauche non plus,on partage pas la surprise d'Emmanuel Macron devant l'inefficacitédudispositif,faute d'y avoir inscrit des contreparties。 Il ya peu,lasénatricecommunisteMarie-France Beaufils估计qu'«il faut moduler l'impôtdesentreprises selon leur politique d'emploi,leur intervention sur le territoire。 Les fonds publics nepeuventêtremisàdispositionsans unevraievérificationdeleur utilization par les entreprises»。 Mais avant tout,elle jugeait qu'«au lieudedépenser20milliards pour le CICE,on ferait mieux de les remettre dans le pot commun du budget de l'Étatetd'éviterdedéduirelesdotationsdescollectivitésterritoriales»。

Ledébatàtauchesur lapolitiqueéconomiquedel'offre dure depuisledébutdu quinquennat。 Aujourd'hui,ses promoteurs eux-mêmesconstatentsonéchec。 Peut-êtreserait-il temps d'entender les autres?

塔尼亚梅勒




    • 娱乐排行