Aprèsl'appel de Grigny,lesélusdebanlieue entament un tour de France



  • 2019-08-11
  • 来源:迈博体育网址

Dixjoursaprèslediscours d'Emmanuel Macron sur la politique de la ville,les maires de banlieue,réunishier,sontdéçusd'undécalageentre laparoleprésidentielleetles actes delamajorité。 Pour faire monter la pression,ils lancent unegrandetournéationationaleet comptent sur la mobilization des habitant et du monde associatif。
第2章“Appel de Grigny”,第2章“Le mouvement des maires de villes de banlieues”,“républicain”,“séestréuni”,“ce mercredi”,“la maison de la Chimie”,“巴黎”。 Maires et parlementaires onttentédefaire bilan du discours d'Emmanuel Macron sur la politique de la ville,prononcéilya dixjoursàTourcoing。 Ilsontétérejointpar de nombreux citoyens venus de Gigny(Essonne)ou d'Allonnes(Sarthe)。
Aprèslarencontre avec Emmanuel Macron,lasemainedernière,Philippe Rio,maire PCF de Grigny(Essonne)的情感«davoirétéecouté»。 Mais,prévient-il,il va falloir«continuer la mobilizationpourêtrevraimententendu»。 «Personne ne perdra,dans lescommunescloseéesplala politique de la Ville,lemoindrecréditsur2018»,déclaréEmmanuelMacron depuis Tourcoing。 Oùila promis que l'Etat verserait 1 milliard d'eurans dans un nouveau plan national renouvellement urbain。
Mais de tels promessessemblents'êtreenvolés,dèslelendemain,àl'Assembléenationale。 «Dans le cadre de la discussion sur le projet de loi de finance,nousavonsdéposédesamendements,avecStéphanePuu(députéPCFde Seine-Saint-Denis,NDLR)pour augmenterlescréditsdela politique de la ville ou la dotation de solidaritéurbaine。 Mais ils onttousétérejetés»,支持者FrançoisPhpponi,députéPSde Sarcelles etancienprésidentdel'Agence nationalederénovationurbaine。
倾向于认可la parole d'Emmanuel Macron,«il aurait fallu ajouter 100百万欧元融资倾向于创新urbaine dans le预算2018.或者,GérardCollomb,dans l'hémicycledditnietàtout»,déploreFrançoisPhpponi。 法国的法兰西岛,法国的法兰西岛,法国的法兰西岛,法国的法兰西岛,法国的法兰西岛,法兰西岛的法兰西岛,法兰西岛的法兰西岛。 «Qu'ils ne veuillent pas faire les poches des villes riches,soit。 Mais ils ontosos voter une contributionsupplémentaireàdesvilles comme Grigny et Clichy-sous-Bois»,peste le socialiste,indigné。
Pis,l'abattement de lataxefoncièresurlespropriétésbâtiesdansles quartiers prioritaires de la politique de la villeaétéresreduitpour 25 ans。 C'est autant d'argent que ne toucheront pas ces communes populaires,souligneFrançoisPhpponi。 Quant aux emplois francs,ils sont loin de compenser la suppression desemploisatreés。 Au vu des annonces,cetteexpérimentationnereprésenteraitque«10 emplois par quartier»,estime Mathilde Panot,députéedela France insoumise。
Il faut absolument quelessénateurschangentla donne lors de l'examen du budget dans la chambre haute,rappelleJamesChéron,maire UDI de Montereau(Seine-et-Marne)。 Cééludedroite,ancien directeur de cabinet de Jean-Louis Borloo,insiste surlecaractèretranspartisande cet appel de Grignyquifédèredes«sensibilitésdetous bords»ainsi quedesreprésentantsdumonde associatif et de l'entreprise。 «On est en train d'opérerunesorte de Grenelle sans le Grenelle»,dit-ilàl'eepde de Jean-Louis Borloo。 L'ancien ministre de Jacques ChiracaétéchargéparEmmanuel Macron d'avancer des propositionspourélaborerunplan d'ampleur pour les banlieues。
L'Appel de Grignyadéjàpermis«de remettre les quartiers populaires dansledébatpublic»,souligneStéphanePuuquis'inquièteausside la baisse des moyens de droitscommunsallouésauxvilles de banlieue。 La baisse de 1,7 milliard des APL aura unimpactimpédiaturlacapacitédesorganismesHLMàmenerdesopérationsderénovationurbarine,rappelle-t-il。
Bref,la bataille est loin d'êtregagnée。 Raison pour laquelle il faut absolument«relax une mobilization tripartite,associant autantlesélusqueles association et les habitants。 Ne pas rester»,insiste Gilles Leproust,maire PCF d'Allonnes,etsecrétairegénéraldel'association Ville et Banlieue。 «Nous devons aussi mettre en place une plateforme des solutions pour montrer que nos quartiers ne sont pas que des espaces ayantdesproplèmes»,préciseaussile maire LR de Roubaix,Guillaume Delbar,trèsactifdans ce collectif。
L'Appel de Grigny va donc se structurer。 Un tour de France des banlieuesseralancéaumoisdedécembre。 Le 8,ils'arrêterontàRoubaix,et unedatedéjàétéprogramméeàMulhouse。 L'occasion de discuter des propositions de ces villes populaires en vue de la construction du plan national pour les banlieues。 Ildevraitêtreprésentéle27février,dateàlaquellelesélusdebanlieue ont d'oresetdéjàrendezvous avec Emmanuel Macron。 Il leur reste trois mois pour modifier le rapport des forces。